Un prof de lycée catholique propose à ses élèves de poser nus pour la Palestine : une enquête ouverte pour «tentative d’endoctrinement»?

Une école catholique et une élève

Dans l’enceinte d’un lycée catholique, une proposition inattendue fait grand bruit : un professeur encourage ses élèves à poser nus pour soutenir la Palestine. Cette initiative soulève des interrogations et souligne des accusations d’endoctrinement. Une enquête est déclenchée pour démêler le vrai du faux. Découvrons ensemble les dessous de cette polémique et ses possibles implications.

Mis à pied après avoir demandé à ses élèves de première de prendre une photo nus «contre la guerre en Palestine» le 17 mai dernier, un professeur remplaçant d’un lycée privé catholique, dans la Drôme, est visé par une enquête préliminaire pour «tentative de corruption de mineurs».

Les faits qui ont surpris le milieu éducatif

Un professeur remplaçant d’un lycée privé catholique de Saint-Louis de Crest, dans la Drôme, fait l’objet d’une enquête préliminaire pour «tentative de corruption de mineurs». L’annonce a été faite ce mardi 21 mai par le procureur de la République de Valence, Laurent de Caigny. Selon lui, cet enseignant remplaçant aurait demandé à ses élèves de poser nus contre la guerre en Palestine et de poster la photo sur les réseaux sociaux.

Saisi par la direction de l’établissement qui a mis à pied l’enseignant, le parquet a lancé une procédure judiciaire. Pour l’heure, «une plainte a été formée», précise Laurent de Caigny, qui a également reçu les témoignages écrits de «deux, trois élèves présents en classe ce jour-là».

Enseignant la littérature dans son lycée depuis janvier, Martin Gardey de Soos se présente comme un « fervent catholique, comédien et pacifiste de presque 45 ans ». Le 17 mai dernier, il a souhaité « pousser la réflexion sur la Pentecôte » en marge de son cours devant des élèves de première. Ne niant pas les faits, il aurait voulu conclure son cours en «proposant une action en solidarité avec la Palestine». Il indique avoir refusé la proposition d’un élève de procéder à autre chose.

Cet article va également vous intéresser  Parité homme/femme: Les femmes ont-elles vraiment révolutionné le monde scientifique ?

La limite entre engagement politique et éducation

Cette affaire soulève des questions cruciales sur la liberté pédagogique et sur les limites de l’engagement politique à l’école. Peut-on, au nom d’une cause, proposer des actions aussi controversées aux élèves, et sous quelles conditions? Faut-il introduire des balises plus strictes?

Les avis divergent quant à l’ampleur à donner à cette affaire :

  • Certains estiment que l’enseignant a dépassé les bornes de sa fonction éducative.
  • D’autres y voient une tentative maladroite mais sincère d’éveiller les consciences sur un conflit complexe.

Quoi qu’il en soit, l’enquête en cours nous en dira plus sur les intentions qui sous-tendaient cette proposition et sur la responsabilité de l’enseignant. Cela fait également ressortir un besoin de réflexion sur les méthodes pédagogiques et l’implication personnelle des professeurs dans les matières délicates.

Source: www.liberation.fr

5/5 - (1 vote)
Anthony Cardia
Les derniers articles par Anthony Cardia (tout voir)
Partagez cet article avec vos proches

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *