Toulouse : Pourquoi les syndicats enseignants et les associations de parents d’élèves ont-ils décidé de boycotter le conseil départemental de l’éducation ?

informations sur le boycott : origine, définition, exemples, impact économique et social.

Au cœur de Toulouse, un mouvement citoyen prend forme : les syndicats enseignants et les associations de parents d’élèves ont choisi de boycotter le conseil départemental de l’éducation. Quelles sont les raisons qui ont poussé ces acteurs clés de l’éducation à prendre une telle décision ? Découvrez les enjeux qui animent cette mobilisation et découvrons ensemble les motivations qui animent ce geste de contestation.

Boycott du conseil départemental de l’éducation : les raisons

Le conseil départemental de l’éducation nationale (CDEN), prévu initialement le 11 juin, a été boycotté par les syndicats enseignants et les associations de parents d’élèves. Cette instance est cruciale car elle permet de décider de la carte scolaire, c’est-à-dire des fermetures et ouvertures de classes.

Le report au 20 juin est intervenu après la décision de valider 52 fermetures de classes et 69 ouvertures en Haute-Garonne. Le boycott a empêché d’atteindre le quorum nécessaire pour valider ces décisions, ce qui a conduit à ce report. Cette action des syndicats et des associations est vue comme un moyen de gagner du temps pour les écoles menacées de perdre des classes à la rentrée 2024.

Des fermetures de classes en question

En février déjà, un autre CDEN avait validé la fermeture de 128 classes. Si les nouvelles fermetures sont confirmées, ce seront au total 180 classes qui fermeront en septembre, un chiffre évoqué par le Snuipp-FSU, qui parle de 200 classes menacées. La situation au printemps avait déjà généré des tensions, et le report donne aux acteurs une chance de continuer la lutte.

Cet article va également vous intéresser  JO 2024 : Polémique autour d'une pièce de 2 euros envoyée aux écoliers

La direction académique de la Haute-Garonne prévoit d’ouvrir 163 classes à la rentrée, mais cette décision ne satisfait pas les parents d’élèves dont les enfants pourraient être affectés par les fermetures dans d’autres établissements. La démographie scolaire en baisse complique les décisions, bien que des efforts aient été annoncés par les autorités locales, y compris le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc.

Les enjeux pour les enseignants et les élèves

La nécessité de doter le département d’enseignants supplémentaires demeure un point de friction majeur. Le maire de Toulouse a écrit au ministère de l’Éducation nationale pour réclamer une révision de la dotation, mettant en lumière une baisse de 330 élèves prévue pour la rentrée 2023 par rapport à 2022. Cette diminution globale des effectifs n’anéantit toutefois pas la demande croissante pour un ajustement des dotations afin de créer des postes d’enseignants.

Les syndicats et les associations ne se contentent pas de réclamer des postes; ils souhaitent également éviter les fermetures de classes et améliorer la capacité de remplacement des enseignants. Faut-il rappeler qu’en plus d’enseignants généralistes, des spécialistes comme les psychologues et les enseignants référents sont aussi nécessaires pour aider les élèves en difficulté.

Actions et mobilisations futures

Face à cette situation, le Snuipp-FSU lance un appel à la grève et propose d’organiser un pique-nique citoyen le jour du report, le 20 juin. Cette mobilisation vise à défendre l’école publique et les intérêts des élèves et des enseignants.

Cette action s’inscrit dans une série de mobilisations à haute tension, qui engagent directement les acteurs de l’éducation dans la région toulousaine. Le dialogue entre les différentes parties prenantes reste ouvert, mais la situation nécessite une attention particulière de la part des autorités compétentes.

Cet article va également vous intéresser  Comment réussir le Baccalauréat grâce aux meilleures stratégies de révision ?

Liste des principales raisons du boycott

📉 Fermeture massive de classes🕛 Manque de temps pour négocier
📚 Défense de l’école publique✉️ Insuffisance de postes d’enseignants
👩‍🏫 Besoin de plus de psychologues et référents🏫 Protection des écoles de quartier

Une autre instance CDEN avait été boycottée récemment comme il est possible de le voir dans le cas du Gers.

Source: www.ladepeche.fr

Noter cet article post
Anthony Cardia

Partagez cet article avec vos proches

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *