L’Unesco met en garde contre les effets nocifs de l’utilisation des technologies à l’école : Quelles mesures prendre ?

L’Unesco met en garde contre les effets nocifs de l’utilisation des technologies à l’école : Quelles mesures prendre ?

L’UNESCO a exprimé son inquiétude quant aux progrès de la digitalisation dans l’enseignement. L’Unesco met l’accent sur l’importance d’un cadre réglementaire plus rigoureux afin d’éviter les obstacles potentiels liés à l’utilisation intensive des technologies numériques dans les écoles et les universités dans son document de référence.

L’Organisation mondiale de l’éducation souligne plusieurs problèmes liés à la digitalisation de l’éducation, tels que :

  • L’Organisation des Nations unies met en garde contre le risque de croissance des inégalités.
  • Impact sur la qualité de l’enseignement.
  • Questionnements concernant la confidentialité et la sécurité des données.
  • L’Unesco préconise d’éviter une dépendance excessive aux fournisseurs externes.
  • Les enseignants manquent de formation et de préparation.

L’accompagnement pédagogique

En ce qui concerne l’intégration des technologies dans l’éducation, une étude récente de l’UNESCO met en lumière des aspects importants de leur utilisation en milieu scolaire. Cette étude met l’accent sur l’importance d’un bon encadrement pédagogique pour maximiser les avantages des outils numériques tels que les ordinateurs portables tout en réduisant les risques de distraction, en particulier ceux liés à l’utilisation des téléphones mobiles.

La distraction causée par les technologies mobiles

Selon le rapport, bien que les technologies telles que les ordinateurs portables puissent améliorer l’environnement d’apprentissage, les téléphones portables sont souvent une source importante de distraction. L’utilisation non réglementée peut détourner l’attention des élèves et nuire à l’efficacité pédagogique. Cependant, il est peu courant dans le monde de restreindre complètement ces appareils dans les salles de classe, ce qui met en lumière l’importance de mettre en place des stratégies pédagogiques adaptées pour gérer leur présence dans les classes. Il est nécessaire d’effectuer des recherches objectives sur l’efficacité des technologies.

Cet article va également vous intéresser  Lycée d’Arras : l'onde de choc suite à l’attaque, témoignage poignant d'une mère confrontée à la terreur.

L’UNESCO souligne également le manque de données objectives et fiables évaluant l’impact réel des technologies numériques sur l’apprentissage. Le rapport met en évidence que de nombreuses études sur le sujet sont potentiellement biaisées et souvent financées par les fabricants de ces technologies. Le groupe Pearson, qui est un important acteur dans le secteur éducatif, a participé au financement d’études visant à contrer des résultats indépendants moins favorables concernant ses produits.

Les conseils de l’UNESCO

L’Unesco suggère une solution à ces problèmes :

  • Réalisation d’une réglementation adaptée : Un cadre légal pour l’utilisation des smartphones et d’autres technologies en classe afin de réduire les distractions et de favoriser l’apprentissage.
  • Des programmes de formation destinés aux enseignants qui leur permettront d’intégrer efficacement les technologies dans leurs méthodes pédagogiques.
  • Encourager des études indépendantes et fiables pour évaluer de manière objective l’impact des technologies sur l’éducation.
  • Approche équilibrée : favoriser un équilibre entre les méthodes d’enseignement traditionnelles et l’utilisation des technologies numériques.

Privilégier l’égalité d’accès et les compétences de base

L’émergence de l’éducation en ligne et la crise du COVID-19 ont mis en lumière des inégalités profondes dans l’accès à l’éducation, exacerbées par des ressources numériques souvent inadaptées à certains environnements. D’après l’Unesco, environ 500 millions de jeunes ont été exclus du système éducatif pendant la pandémie, un chiffre alarmant qui met en évidence les défis de l’enseignement à distance.

L’Unesco souligne l’urgence de se concentrer sur les compétences fondamentales, telles que la lecture, qui sont essentielles non seulement pour l’éducation, mais aussi comme outils de lutte contre la désinformation et les fraudes en ligne. La maîtrise de ces compétences de base pour avancer de manière critique et sûre dans le monde numérique.

Cet article va également vous intéresser  Quels chantiers pour l'Éducation nationale en 2023-2024 ?

Un autre enjeu soulevé concerne la collecte de données par les outils technologiques, particulièrement inquiétante dans le cadre de l’éducation des enfants. La surveillance des utilisateurs, principalement des mineurs, par les produits éducatifs recommandés pendant la pandémie, soulève des questions éthiques importantes. Peu de pays disposent de réglementations adéquates pour protéger la confidentialité de ces données dans le domaine éducatif, ce qui appelle à une régulation plus stricte.

Propositions pour un meilleur usage numérique en milieu scolaire

  • Renforcer l’accompagnement pédagogique autour des outils numériques
  • Établir des études impartiales évaluant l’apport réel des technologies à l’éducation
  • Assurer l’équité dans l’accès aux ressources éducatives numériques
  • Protéger la confidentialité des données des élèves contre la surveillance
  • Concevoir des réglementations adaptées à l’ère du numérique éducatif
Noter cet article post
Anthony Cardia

Partagez cet article avec vos proches

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *