Les parents d’élèves de Tardets-Sorholus s’opposent fermement à la fermeture d’une classe : Rébellion ou simple nécessité ?

Les parents d'élèves de Tardets-Sorholus s'opposent fermement à la fermeture d'une classe : Rébellion ou simple nécessité ?

Les parents d’élèves de Tardets-Sorholus se mobilisent contre la fermeture d’une classe, soulevant ainsi la question de la légitimité de cette décision. Cette opposition soulève des interrogations sur les motivations derrière cette mesure et met en lumière les enjeux de taille pour la communauté scolaire locale.

Manifestation contre la réduction des effectifs scolaires

découvrez tout ce que vous devez savoir sur les classes de fermeture en programmation avec des explications claires et des exemples pratiques.
Image réalisée par Pixabay – Pexels

Suite à l’annonce du rectorat de supprimer une des deux classes de troisième au collège Pierre-Jauréguy de Tardets-Sorholus pour l’année scolaire 2024, une vive réaction s’est manifestée parmi la communauté éducative et locale. Élus locaux, enseignants et parents d’élèves ont rapidement exprimé leur opposition à cette décision lors d’une manifestation tenue le 15 février.

Cette décision, selon les parents, risque de compromettre la qualité de l’enseignement et la préparation des élèves à des examens, compte tenu que l’effectif prévu pour la classe de troisième avoisinerait les 32 élèves, aggravé par le fait que plusieurs de ces élèves nécessitent des attentions particulières dues à leurs besoins spécifiques.

Les parents d’élèves et le corps enseignant craignent que le surpeuplement en classe ne réduise significativement l’efficacité pédagogique et les performances du collège, actuellement distingué par un taux de réussite de 100% au brevet. Ils argumentent qu’un tel changement majeur, intervenant lors d’une année scolaire critique, pourrait engendrer des retards d’apprentissage voire des décrochages scolaires.

Cet article va également vous intéresser  Salaires, fermetures de classes, conditions de travail, réformes... : l'Éducation en danger ! Grève intersyndicale le 1er ...

Le soutien des petits collèges en zones montagneuses est évoqué par les élus comme un enjeu de maintien de l’équité en éducation. Pepela Mirande, un des conseillers départementaux, a insisté sur ce point en soulignant le rôle des petites structures éducatives dans ces régions pour assurer un suivi adapté aux élèves.

Solidarité régionale et réactions politiques

Une pétition a été organisée pour appeler à une révision de cette décision, marquant une solidarité forte parmi les membres de la communauté. Plusieurs maires et responsables politiques locaux ont signé ce document en soutien au collège de Tardets, témoignant de l’union de la région face à ce qu’ils considèrent comme une menace pour l’éducation de leur jeunesse.

Cette mesure, vue par beaucoup comme une simple solution arithmétique à des contraintes budgétaires, est donc perçue par la communauté locale non seulement comme un problème éducatif mais aussi comme une question de justice sociale et territoriale.

Arguments contre la fermeture

  • Risque de surpopulation en classe
  • Baisse potentielle de la qualité d’enseignement
  • Impact sur la préparation aux examens
  • Ignorance des besoins spécifiques des élèves

Conséquences de l’opposition

  • Mobilisation des élus et des parents
  • Pétition et actions collectives
  • Pression pour reconsidérer la décision
  • Soutien renforcé aux structures éducatives en zone fragile

Source: www.sudouest.fr

Noter cet article post
Anthony Cardia
Les derniers articles par Anthony Cardia (tout voir)
Cet article va également vous intéresser  Comment l'inefficience française en matière d'éducation et de formation coûte 16 milliards d'euros par an

Partagez cet article avec vos proches

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *