L’école et la République française (tout savoir)

L'école et la République

Pour approfondir votre connaissance sur l’évolution de l’éducation en France, spécialement depuis la Troisième République, le site Professeur.fr offre des éclairages pertinents. Durant cette période, le gouvernement français a pris des mesures décisives pour assurer l’éducation et l’instruction de sa population. L’objectif principal était de garantir l’alphabétisation de tous les citoyens français.

Ce mouvement vers l’éducation universelle visait également à renforcer le caractère laïque de l’éducation en France. Dans ce contexte, deux types d’établissements scolaires ont été mis en place : les écoles primaires gratuites et les établissements secondaires payants.

Les écoles primaires gratuites, destinées aux enfants de 2 à 12 ans, offraient non seulement l’éducation de base, mais aussi des cours supplémentaires pour les élèves les plus prometteurs. Ce système permettait à ces élèves de poursuivre leurs études au-delà du certificat d’études primaires, jusqu’au brevet supérieur pour les plus doués.

D’autre part, le réseau secondaire payant, qui débutait dès l’âge de 11 ans, était principalement composé de collèges, dont certains gérés par les Jésuites, et des lycées créés en 1802. Ces établissements, bien que laïques, offraient un cursus classique avec une forte composante en latin et préparaient les élèves au baccalauréat.

QU’EST-CE QUE L’ECOLE DE LA REPUBLIQUE ? – Les essentiels de Jamy

L’école et la République : L’école unique Scolarisation de masse

L'école et la République

La première étape de la construction de l’école Républicaine est essentiellement caractérisée par l’arrivée de Jules Ferry comme le ministre responsable d’assurer l’instruction publique. En 1879, la France a connu un tournant majeur dans son histoire éducative avec l’introduction des lois Ferry, initiées par Jules Ferry. Ces lois ont marqué un progrès significatif, notamment avec la création de l’École normale supérieure pour les jeunes filles. L’année suivante, en 1880, des centres d’apprentissage et des établissements secondaires pour jeunes filles ont également été institués.

L’année 1881 a été marquée par la gratuité de l’enseignement primaire sur l’ensemble du territoire français. Puis, en 1882, l’enseignement est devenu obligatoire et laïque pour tous les enfants, consacrant ainsi une rupture majeure avec les traditions éducatives antérieures. En 1886, la loi Goblet a été mise en place pour laïciser le personnel enseignant des écoles publiques, conférant ainsi aux instituteurs le statut de fonctionnaires d’État en 1889.

Cet article va également vous intéresser  Vacances scolaires en Espagne 2023/2024 : Se préparer

La séparation de l’Église et de l’État en 1905 a été une autre étape clé, suivie de la création d’écoles professionnelles et techniques dès 1919. Ces changements ont conduit à la restructuration du ministère de l’Instruction publique en ministère de l’Éducation nationale.

Dans les années 1930, des réformes importantes ont continué à façonner le système éducatif français. En 1933, un examen d’entrée en sixième est devenu obligatoire, et en 1934, la gratuité de l’enseignement s’est étendue au secondaire. Jean Zay, en 1936, a élevé l’âge de la scolarité obligatoire à 14 ans pour tous les enfants en France.

Enfin, la réforme Berthoin en 1959 a porté l’âge de la scolarité obligatoire à 16 ans. Cette réforme a également contribué à augmenter significativement le taux de scolarisation des enfants de 2 à 5 ans. Ces réformes, s’étendant sur plusieurs décennies, ont jeté les bases de l’éducation moderne en France, marquée par une progression constante vers une éducation inclusive et accessible pour tous. Pour plus d’informations détaillées sur l’histoire de l’éducation en France, des ressources spécialisées en histoire et en éducation peuvent offrir un aperçu plus complet.

L’école et la République: L’ère du collège pour tous

L’évolution de l’éducation en France durant la période du collège pour tous a été marquée par des réformes significatives, visant à diversifier et à moderniser l’enseignement secondaire. Parmi elles, la réforme Capelle-Fouchet a joué un rôle clé. Introduite, elle a restructuré les Collèges d’Enseignement secondaire, en proposant trois filières distinctes : longue, courte, et de transition. Cette réforme a également favorisé l’orientation précoce de certains élèves vers des Collèges d’Enseignement technique dès la 5e, favorisant un apprentissage plus pratique et spécialisé.

Cet article va également vous intéresser  Le financement de l'enseignement privé : quand l'argent public échappe à toute régulation

À la fin des années 1960, des changements majeurs ont été apportés dans le curriculum, notamment par l’élimination progressive du latin dès la 6e. Ces changements, survenus dans un contexte de critique sociale croissante de l’éducation menée par des penseurs comme Bourdieu, Baudelot et Establet, ont souligné le lien entre l’origine sociale des élèves et leur réussite scolaire.

La loi d’orientation de 1975, axée sur l’intégration et l’assistance aux élèves en difficulté dans les classes ordinaires, a préparé le terrain pour la réforme Haby. Cette dernière a été un tournant, avec la création du collège unique, permettant à un pourcentage plus élevé d’élèves d’obtenir le baccalauréat.

Dans les années 1980, la France a connu une augmentation significative de la scolarisation des enfants de 4 à 5 ans et un taux d’obtention du baccalauréat en hausse. La création des zones d’éducation prioritaires en 1981 et l’introduction du baccalauréat professionnel en 1986 ont marqué d’autres étapes importantes dans la politique éducative française, visant à élargir l’accès à l’éducation et à améliorer la qualité de l’enseignement pour tous les élèves.

Pour une analyse plus détaillée de ces réformes et de leur impact sur l’éducation en France, il est recommandé de consulter des sources spécialisées en histoire de l’éducation et en politique éducative.

Étape 3 : Vers l’école de nos jours

La loi d’orientation de 1989, initiée par Lionel Jospin, a marqué un tournant ambitieux dans l’éducation en France avec son objectif de mener 80 % d’une génération au niveau du baccalauréat en une décennie. Cette réforme a également été accompagnée de la création des Instituts Universitaires de Formation des Maîtres (IUFM), de l’introduction de cycles éducatifs et de l’élaboration d’un statut spécifique pour les professeurs des écoles.

Entre 1991 et 1992, la scolarisation des enfants de 4 à 5 ans a connu une nette augmentation, atteignant 85 %. Par ailleurs, la mise en place complète des cycles d’enseignement a été réalisée. Entre 1995 et 2002, le taux de réussite au baccalauréat a vu une croissance significative, passant de 63 % à 69,1 %. En 2005, l’accent a été mis sur l’amélioration des compétences des élèves, notamment à travers la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école. Cette période a été marquée par l’introduction de nouveaux programmes dans l’enseignement primaire, mettant l’accent sur le renforcement des compétences en langues vivantes dès le primaire.

Cet article va également vous intéresser  Quels chantiers pour l'Éducation nationale en 2023-2024 ?

Pour une compréhension plus approfondie de ces réformes et de leur impact sur le système éducatif français, il est conseillé de consulter des sources spécialisées en histoire de l’éducation et en politique éducative. Ces réformes ont joué un rôle essentiel dans la configuration actuelle de l’éducation en France, visant à accroître l’accès et la qualité de l’enseignement pour tous les élèves. La réforme des lycées en 2010, plus la loi d’orientation et de refondation de l’école de la république en 2013, associés aux nouveaux programmes d’enseignements en 2015 et au retour au rythme scolaire précédant de 4 jours d’école par semaine en 2017, permettent l’effectivité des nouveaux programmes Maths Français en juillet 2018. Au final, l’enseignement est devenu obligatoire dès le niveau de la maternelle.

5/5 - (1 vote)
Anthony Cardia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *