Faut-il revoir totalement le projet de Gabriel Attal sur les groupes de niveau au collège ?

le président qui parle des groupes de niveaux

Sous l’égide du Premier ministre Gabriel Attal, la politique éducative française s’est distinguée par l’introduction du concept de « choc des savoirs« , destiné à booster les performances scolaires à travers le spectre étudiant. Cette stratégie inclut notamment la formation de groupes de niveau pour des disciplines fondamentales, telles que les mathématiques et le français. Toutefois, l’application de cette réforme a engendré des débats et appelé à des ajustements significatifs, en réponse aux interrogations qu’elle a suscitées.

La nécessité d’adapter la réforme des groupes de niveau au collège

Au cœur de cette réforme, la mise en place de groupes différenciés selon les capacités des élèves a été suggérée en décembre 2023 par Gabriel Attal, avec comme horizon la rentrée 2024 pour les classes de 6ème et de 5ème, avant une extension aux niveaux supérieurs. Cette restructuration prévoyait que les élèves seraient divisés en trois groupes en fonction de leur niveau durant l’enseignement des matières mathématiques et du français.

La concertation avec les principaux acteurs du monde de l’éducation, qui s’est avérée largement défavorable à une telle réforme, a mené à une orientation différente de la part de l’actuelle ministre de l’éducation nationale, Nicole Belloubet. En effet, une certaine flexibilité a été introduite, permettant aux établissements une autonomie dans la création de groupes d’élèves en adéquation avec leurs besoins plutôt qu’avec leur niveau.

La nouvelle approche s’écarte donc de la notion de « groupes de niveau » pour privilégier des « groupes de besoins » formés sur la base des compétences à acquérir. Cela permet d’éviter l’étiquetage des élèves comme faibles ou forts et de les confiner tout au long de l’année scolaire dans des catégories rigides.

Cet article va également vous intéresser  Comment l'éducation au numérique a transformé les écoles de Marseille en une semaine

Brassage et souplesse : de nouveaux mots d’ordre

Cette révision de la réforme initiale autorise les écoles à maintenir, de façon dérogatoire, des périodes d’enseignement en classe entière. Contraste marquant avec la proposition initiale qui se dirigeait vers une disparition complète de la classe traditionnelle dans les domaines touchant un tiers du temps scolaire des collégiens.

La souplesse de cette nouvelle approche réside dans le fait qu’il n’y aura pas de limitation concernant la durée pendant laquelle les écoles peuvent opter pour ce système plus hétérogène. Le ministère met l’accent sur la confiance et l’autonomie accordées aux équipes éducatives pour déterminer l’organisation la plus adaptée, tout en maintenant les groupes comme pratique standard. Favorisant les interactions entre élèves de diverses capacités et offrant une flexibilité dans le mouvement entre les groupes, la révision de la réforme espère également prévenir la stigmatisation et promouvoir l’inclusion.

Face à la résistance rencontrée et à l’analyse approfondie des impacts potentiels, la réforme des « groupes de niveau » telle que conclue par Gabriel Attal au collège demande une réévaluation significative. Il apparaît indispensable de reconsidérer les modalités d’application pour les adapter aux réalités du terrain et aux besoins spécifiques des élèves, enseignants et établissements. Cette adaptation pourrait constituer la clé d’une approche pédagogique à la fois innovante et respectueuse des multiples facettes de la vie scolaire.

Noter cet article post
Anthony Cardia
Les derniers articles par Anthony Cardia (tout voir)
Cet article va également vous intéresser  Inégalités à l'école : les pièges des groupes de niveau, un remède qui pourrait aggraver le mal

Partagez cet article avec vos proches

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *