Comment un étudiant économise en prenant l’avion deux fois par semaine pour se rendre à l’université

Comment un étudiant économise en prenant l’avion deux fois par semaine pour se rendre à l’université

Dans le contexte économique actuel, où les coûts associés à l’éducation supérieure ne cessent d’augmenter, les étudiants sont souvent à la recherche de solutions créatives pour minimiser leurs dépenses. Tim Chen, un jeune étudiant canadien, incarne parfaitement cette tendance par sa démarche originale pour affronter le défi des coûts élevés de logement. Plutôt que d’opter pour la solution traditionnelle consistant à se loger près de son lieu d’étude, Tim a exploré une alternative peu conventionnelle qui s’est avérée être économiquement avantageuse.

La mobilité aérienne comme réponse aux coûts prohibitifs du logement

Face à la problématique des prix exorbitants des logements dans les zones universitaires, Tim a choisi de résider à Calgary tout en poursuivant ses études à Vancouver. Cette décision, loin d’être anodine, repose sur un calcul minutieux : le coût des billets d’avion pour deux vols hebdomadaires entre Calgary et Vancouver s’avère inférieur au montant qu’impliquerait une location près de son université.

Implications et perspectives de cette méthode d’économie

L’approche de Tim ouvre une nouvelle perspective sur la mobilité étudiante et les stratégies d’économie. Elle souligne l’importance de la flexibilité et de l’ingéniosité dans la gestion des finances personnelles, en particulier dans le contexte de l’éducation supérieure. Bien que cette méthode puisse ne pas convenir à tous, en raison des exigences des programmes d’études ou des préférences personnelles pour un mode de vie plus stable, elle incite à réfléchir sur les alternatives possibles face à l’augmentation des coûts de la vie étudiante. En partageant son expérience, Tim Chen contribue à élargir le champ des possibles pour les étudiants cherchant à optimiser leurs dépenses, tout en poursuivant leurs objectifs académiques et professionnels.

Cet article va également vous intéresser  Raisons pour lesquelles le « Pacte enseignant » ne convainc pas les professeurs

La logistique derrière les économies

Le calcul est simple pour ce jeune homme qui vit dans une ville distante de sa destination académique d’environ 1000 kilomètres. La route en voiture prendrait près de 11 heures, mais le vol ne dure qu’une fraction de ce temps. Chen choisit de rester chez ses parents plutôt que de se ruiner dans les loyers prohibitifs de Vancouver. En ne contribuant qu’aux dépenses courantes, il se maintient financièrement à flot.

La confirmation des coûts élevés par l’université

L’Université de la Colombie-Britannique, où étudie Tim, reconnaît la lourdeur financière que représente le logement pour les étudiants. Avec des billets d’avion n’excédant pas 150 dollars canadiens pour un aller-retour, soit approximativement 100 euros, le choix de Tim s’illustre comme judicieux face au défi du logement étudiant. Le loyer aurait coûté 2 150 $ environ.

Coûts comparatifs

Frais de logement à VancouverCoût des billets d’avion aller-retour
Trop élevés pour Tim150 dollars canadiens (environ 100 euros)

Cet exemple non conventionnel montre comment certains étudiants peuvent se montrer créatifs et rationnels pour faire face à des coûts de vie en constante augmentation, particulièrement dans des villes comme Vancouver où le marché immobilier est inaccessible pour une grande partie de la population.

5/5 - (1 vote)
Anthony Cardia
Les derniers articles par Anthony Cardia (tout voir)

Partagez cet article avec vos proches

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *