Comment limiter la surexposition des enfants aux écrans : conseils pour les parents

Comment limiter la surexposition des enfants aux écrans : conseils pour les parents

Au cœur des préoccupations parentales contemporaines, la gestion de l’exposition des jeunes aux technologies numériques occupe une place prépondérante. Des informations sont consultables sur Internet concernant l’atelier animé par Valérie Papion au complexe éducatif Pierre Mathieu. Cet atelier a offert aux parents des outils pour appréhender cette réalité complexe. Consciente des défis que représentent les écrans dans le développement des enfants, Papion a mis l’accent sur l’importance d’un équilibre, soulignant les risques liés à une surutilisation des technologies numériques. Elle a proposé une série de conseils pratiques, visant à aider les parents à modérer cette exposition tout en reconnaissant les avantages éducatifs et sociaux que peuvent offrir ces outils.

Parmi les stratégies abordées, l’importance d’établir des limites claires quant au temps passé devant les écrans a été mise en avant. Papion a encouragé les familles à instaurer des moments sans écran, notamment lors des repas et avant le coucher, pour favoriser les interactions sociales directes et garantir un meilleur sommeil. Elle a également suggéré d’impliquer les enfants dans la création de ces règles, renforçant ainsi leur sens des responsabilités et leur compréhension des enjeux. L’éducatrice a insisté sur l’importance d’être des modèles pour les enfants, en adoptant soi-même des habitudes saines vis-à-vis des technologies.

Enfin, Valérie Papion a recommandé l’utilisation d’outils et d’applications permettant de surveiller et de contrôler l’utilisation des écrans par les enfants. Elle a souligné la nécessité d’une démarche éducative, encourageant les parents à discuter avec leurs enfants des contenus consommés en ligne, afin de développer leur esprit critique et de les protéger des dangers potentiels d’Internet. Ces conseils pratiques, axés sur la prévention et l’éducation, visent à équiper les parents pour qu’ils accompagnent efficacement leurs enfants dans un monde de plus en plus numérisé, tout en préservant leur bien-être.

Cet article va également vous intéresser  Justice rendue à Digne-les-Bains : condamnation d'un professeur pour agression sexuelle sur des collégiennes

Éveil aux dilemmes numériques contemporains

La réunion à laquelle ont participé parents et professionnels de l’éducation, sous la houlette de Valérie Papion, a permis d’ouvrir un dialogue constructif sur le dilemme du temps-écran chez les enfants. L’un des moments forts de cette session fut l’expression du désarroi d’une mère confrontée à la dualité de son rôle : être un modèle de modération numérique pour ses enfants tout en répondant aux exigences de sa vie professionnelle, profondément ancrée dans le numérique. Papion a abordé cette préoccupation avec nuance, distinguant clairement l’usage professionnel et éducatif des technologies de leur consommation récréative, souvent passive. Elle a encouragé à voir l’utilisation des écrans comme un outil plutôt qu’une entrave, soulignant que la clé réside dans l’équilibre et la qualité de l’engagement numérique.

Un père, surpris de l’intégration des écrans dans les programmes scolaires, a soulevé des questions sur l’adéquation de cette pratique avec les principes de modération. Papion a rétorqué, affirmant que l’utilisation des technologies dans un contexte éducatif est généralement bien structurée, visant à enrichir l’apprentissage plutôt qu’à le distraire. Elle a fait valoir que l’accent mis sur l’aspect pédagogique des écrans en milieu scolaire devrait servir de modèle pour leur utilisation à la maison, favorisant ainsi une démarche plus consciente et ciblée.

Cet article va également vous intéresser  Évolution de la fonction d’ingénieur pédagogique en formations continues hybrides

Les discussions ont également porté sur les conséquences de l’exposition excessive aux écrans, notamment les retards de langage, les troubles du sommeil et les difficultés de sociabilisation. Les spécialistes présents ont partagé des études récentes et proposé des stratégies pour encadrer l’utilisation des écrans, suggérant par exemple des activités alternatives enrichissantes pour les enfants. Cette rencontre a non seulement offert un espace d’échange et de réflexion mais a également armé les participants de connaissances et d’outils pour une utilisation plus consciente et équilibrée.

Recommandations par tranches d’âge

Il faut d’adapter l’engagement technologique aux étapes de développement et de croissance des enfants, comme l’attestent des études médicales pertinentes. Voici les directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) :

  • Éviter toute exposition pour les enfants de moins de 2 ans.
  • Limiter à moins d’une heure par jour pour les 2 à 5 ans.
  • Maintenir un maximum de deux heures de temps devant un écran par jour pour les 6 à 12 ans.

Confusion et imagination en jeu

Dans le contexte de l’atelier participatif organisé par le réseau Rased, Marc Vélasco a mis en lumière les défis auxquels sont confrontés les enfants évoluant dans des environnements numériques intenses. Il a souligné les risques de confusion entre le réel et le virtuel, un phénomène exacerbé par l’immersion dans les jeux vidéo violents, qui peut se traduire par des comportements agressifs mimant ceux observés à l’écran. Cette surexposition numérique, selon Christelle François, enseignante au Rased, freine également le développement de l’imagination et de la créativité, des facultés essentielles à l’épanouissement de l’enfant.

Cet article va également vous intéresser  Découvrez les opportunités du Programme Erasmus + pour étudier à l'étranger

Face à cette problématique, Pascal Pyrée, directeur de l’école, a rappelé la valeur inestimable des activités traditionnelles dans le développement de l’enfant. En citant la pâtisserie et la création de cerfs-volants comme exemples, il a plaidé pour un retour aux sources, vers des activités favorisant la créativité, l’apprentissage des compétences manuelles et le respect des règles, loin des distractions incessantes des écrans. Ces activités, selon lui, sont indispensables pour encourager l’imagination et l’interaction sociale directe entre les enfants, éléments fondamentaux de leur développement global.

Conclusion

L’approche recommandée pour encadrer l’utilisation de la technologie par les enfants réside dans un équilibre entre le monde numérique et les interactions réelles. Il s’agit de valoriser les échanges familiaux, les initiatives artistiques et manuelles, ainsi que de promouvoir une consommation médiatique responsable et modérée. Cette stratégie vise à préserver l’épanouissement et le bien-être des enfants dans un monde de plus en plus digitalisé, tout en leur offrant les outils nécessaires pour naviguer de manière critique et créative à travers les technologies.

5/5 - (2 votes)
Anthony Cardia

Partagez cet article avec vos proches

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *