Choc culturel à Bastia : Le collège Vinciguerra intègre le chinois

des élèves apprennent le chinois

Au sein du collège Simon-Vinciguerra à Bastia, une innovation pédagogique se démarque : l’introduction du mandarin dans le curriculum dès la classe de sixième. Cette initiative place l’établissement en avant-garde dans le domaine de l’apprentissage linguistique, offrant aux élèves la possibilité de s’initier à une langue reconnue pour sa complexité un an avant les langues traditionnellement enseignées telles que l’anglais. Cette approche précoce vise à faciliter une immersion graduelle et approfondie dans le mandarin, enrichissant ainsi le parcours éducatif des élèves avec une compétence linguistique diversifiée.

Une pédagogie immersive en mandarin

L’approche pédagogique, axée sur l’immersion, est conduite par Xin Devichi, enseignante dédiée à cette matière. Cela implique certains points:

  • Immersion totale dès le début des leçons, avec un environnement dominé par le chinois.
  • Utilisation d’idéogrammes avec quelques annotations en français pour faciliter la compréhension.
  • Méthode visant l’assimilation du mandarin par compréhension globale, similaire à l’apprentissage naturel des jeunes enfants.
  • Les élèves, même débutants, développent rapidement la capacité de comprendre le sens des conversations en mandarin.

Les défis de l’apprentissage

La maitrise du mandarin requiert néanmoins une pratique soutenue et un investissement temporel plus conséquent comparé à d’autres langues. Écouter un film en chinois peut parfois permettre de reconnaître des phrases ou des caractères étudiés, mais comprendre pleinement le sens global reste une compétence à parfaire au fil des années. Les élèves sont conscients que pour atteindre une aisance réelle, une expérience immersive en Chine serait idéale.

Des aspirations et des perspectives d’avenir

Parler chinois est un horizon qui séduit bon nombre d’adolescents du collège. Ils perçoivent le mandarin non seulement comme un atout personnel, mais également professionnels. Loin de céder à une quelconque pression parentale ou à des impératifs sociaux, ils choisissent cet enseignement à travers une décision propre, envisageant déjà les possibilités de voyages et de carrières enrichissantes. Avoir des compétences dans cette langue est synonyme d’ouverture sur un monde en pleine évolution, où la Chine figure comme un acteur.

Une filière bilangue étoffée et dynamique

Le collège Vinciguerra témoigne d’une demande croissante pour le chinois, avec un corps étudiant de soixante-huit élèves engagés dans ce parcours bilangue, du collège jusqu’au lycée Giocante. L’objectif est de garantir une continuité dans l’enseignement, favorisant l’acquisition du mandarin et ses applications futures. Le principal du collège, Pierre Rossi, souligne la valeur ajoutée de cette discipline, tant pour l’établissement que pour les élèves, offrant une image dynamique du collège et inculquant une rigueur académique.

Cet article va également vous intéresser  L'école primaire va mal à cause de mauvais choix collectifs

La pratique de la calligraphie figure parmi les activités culturelles proposées, attirant les curieux autour de cet exercice de concentration et de finesse artistique. Cet atelier trouve son audience tant parmi les élèves inscrits au cours de mandarin que ceux désireux d’approcher la culture chinoise sous un autre angle.
Le collège Simon-Vinciguerra présente un exemple probant de l’importance d’une éducation linguistique diversifiée, faisant du mandarin non seulement une langue à part entière mais également un vecteur d’enrichissement global pour sa communauté éducative.

Noter cet article post
Anthony Cardia

Partagez cet article avec vos proches

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *